Week-end circuit routier du 7 au 9 août 2020

Le GP3R compensera l'empreinte carbone de ses voitures de course

Le Grand Prix de Trois-Rivières profite de sa 50e édition pour dévoiler deux initiatives résolument tournées vers son avenir et les 50 prochaines années. Le GP3R a annoncé que plus de 200 végétaux seront plantés - et garantis pour 50 ans - afin de compenser les émissions de carbone des bolides de course ayant participé à son édition 2018. Il s’agit là de la première initiative du Programme environnemental GP3Vert dévoilé aujourd’hui.

Retour aux nouvelles

La plantation des végétaux débutera le 4 juin prochain sur les terrains de l’École Chavigny de Trois-Rivières dans le cadre du Programme de reboisement social de la coopérative de solidarité Arbre-Évolution. Plus de 180 arbres seront déployés sous la forme d’une haie brise-vents visant à protéger les terrains sportifs de l’école.

Une forêt nourricière d’une vingtaine de végétaux sera également plantée près de l’école. La production fruitière de cette parcelle sera la responsabilité de l’École en fleurs, un groupe d’étudiants de Chavigny avec des besoins spéciaux qui oeuvrent déjà au sein d’une production maraîchère dans des serres installées dans l’école.    

« Le Programme de reboisement social permet non seulement de compenser une partie de l’impact écologique de notre Grand Prix, mais aussi de le faire dans notre milieu, près d’une école de chez-nous, question d’ajouter un élément d’éducation et de sensibilisation aux bénéfices environnementaux, a expliqué Dominic Fugère, directeur général du GP3R. Arbre-Évolution nous garantit que les végétaux plantés cette année amélioreront l’atmosphère pour les 50 prochaines années. Ça nous encourage à poursuivre pour un autre demi-siècle! »

La directrice de l’école Chavigny, Mme Chantal Couturier, était bien heureuse que le nouveau projet de plantation s’installe dans son établissement.

« Nous sommes fiers que le GP3R et Arbre-Évolution aient choisi nos terrains afin de faire la première plantation de reboisement social pour compenser le carbone émis par le Grand Prix. De plus, l'ajout de la forêt nourricière à nos activités pédagogiques de l’École en fleurs ainsi que du laboratoire culinaire rendra le projet encore plus attrayant pour tous nos élèves », a-t-elle dit.

Pour Simon Côté, coordonnateur général d’Arbre-Évolution, le projet s’inscrit en ligne droite avec les objectifs de la coopérative de solidarité environnementale. 

« Le projet du GP3R est un exemple parfait de ce que nous mettons en place avec notre Programme de reboisement social. En plus d'avoir un impact positif sur l'environnement, le reboisement dans la communauté permet d'éduquer et de sensibiliser de façon concrète, avec des végétaux dans le milieu de vie des gens. C'est un excellent exemple d'action locale, de concertation d'organismes d'une même communauté qui agissent ensemble localement, mais qui ont ultimement un impact global sur notre planète », a ajouté monsieur Simon Côté, coordonnateur général d'Arbre-Évolution.   

Les premiers végétaux seront plantés le 4 juin prochain à 10h30, sur les terrains de l’école Chavigny de Trois-Rivières. Le plan définitif de reboisement sera établi en concertation avec les élèves, qui participeront à des ateliers d’éducation et de sensibilisation en environnement animés par les spécialistes d’Arbre-Évolution. Cette dernière assurera ensuite le suivi afin que les végétaux plantés puissent transformer le CO2 en oxygène pendant au moins les 50 prochaines années, question de compenser le carbone émis par les bolides de course de l’édition 2018 du GP3R.

Par ailleurs, la Fondation Trois-Rivières pour un développement durable a été mandatée par le conseil municipal de Trois-Rivières pour élargir l’évaluation de l’empreinte carbone du GP3R afin d’évaluer les émissions de CO2 des organisateurs, participants et spectateurs de l’édition 2019 de l’événement. 

Des plans pour compenser ces émissions de CO2 seront ensuite intégrés dans le Programme environnemental GP3Vert, qui comprend également des volets pour réduire les déchets enfouis à la suite du GP3R, améliorer la valorisation des ordures récupérées pendant les week-ends de course et diminuer l’usage de bouteilles de plastique à usage unique, notamment pour l’eau qui sert à l’hydratation des spectateurs et bénévoles. Les détails du Programme environnemental GP3Vert peuvent être consultés au bit.ly/GP3Vert.